Qui êtes-vous ?

Ma photo
Juriste .Coordinateur de EGALS (Educational Group for Animal Law Studies- http://egals.university/).Chargé d'enseignement en droit de l'animal /Université de Strasbourg. Président de TELAS Conseil -Consultant en protection animale et formateur. Profil complet sur https://www.linkedin.com/in/jean-marc-neumann-b634bb179/

mardi 6 août 2019

Parfois entendus, jamais jugés, les anti-ours ariégeois bénéficieraient-ils d’une « immunité pastorale » ?

Visiblement l'état fait preuve d’une grande mansuétude à l’égard des anti-ours en Ariège.

Dégradations et menaces ne donnent lieu à aucune conséquence pénale.

En laissant faire en espérant acheter une forme de paix ou de calmer les esprits l'état montre sa faiblesse et ne fait qu’encourager ce type de comportement.

Il est temps que l’état réagisse fermement et agisse enfin.

L’état doit protéger les ours dans les Pyrénées que cela plaise ou non.

Que le comportement de voyou de certains acteurs locaux soit soutenu par des élus ne doit pas empêcher l’état de respecter ses engagements.



Parfois entendus, jamais jugés, les anti-ours ariégeois bénéficieraient-ils d’une « immunité pastorale » ?

vendredi 2 août 2019

Manifeste d’Helsinki pour améliorer l’application de l’actuelle législation européenne pour la protection du loup

Un manifeste destiné au parlement européen a été signé le 8 juin dernier par plusieurs associations européennes de protection du loup dont Férus pour la France.

Vous pouvez en prendre connaissance sur le lien ci-après.

La France se signale par une gestion pour le moins très paresseuse et même très complaisante à l’égard des lobbys et notamment des éleveurs.

L’arrêté ministériel récent autorisant l’abattage de 100 loups à été attaqué fin juillet devant le conseil d’état par diverses ONG.

Dans la province espagnole de Cantabrie le gouvernement local a autorisé l'abattage pour la période 2019/2020 de 34 loups sur 171 soit 20% de la population.

La Suisse, l’Allemagne et d’autres pays s’orientent également vers une protection allégée du prédateur.

La question de la protection du loup est un sujet européen et non pas franco français.

Le loup dont l’intelligence et la capacité d’adaptation extraordinaires forcent l’admiration risquent de lui coûter cher.

A tous les amoureux et défenseurs du loup et de la biodiversité de se mobiliser en sa faveur.







Manifeste d’Helsinki pour améliorer l’application de l’actuelle législation européenne pour la protection du loup

lundi 6 mai 2019

Vivre avec l’ours plutôt que contre l’ours

Un gouvernement hélas a rebrousse poil d’une gestion intelligente de la biodiversité.

La biodiversité est une richesse. Il est temps de s’en apercevoir.

Hélas certains élus ne prêtent une oreille attentive qu’aux seuls lobbys et à des fins purement électoralistes.

On relèvera que les propos contre les loups et les ours de nos élus et « responsables » politiques deviennent plus fréquents au fur et à mesure que l’on s’approche de l’échéance électorale prochaine.

Hasard ?



Vivre avec l’ours plutôt que contre l’ours

vendredi 19 avril 2019

Atteintes à la biodiversité et nouveaux cadeaux aux chasseurs

Une nouvelle fois la France se singularise par ses mesures prises ou annoncées en matière de gestion de la biodiversité.

Le projet de loi portant création de l'Office Français de la Biodiversité (OFB) qui résulterait du mariage de l'ONCFS et de l'Agence française pour la biodiversité(AFB) vient d'être modifié par le Sénat.

Comme l'on pouvait s'y attendre le Sénat qui est le porte-parole des chasseurs et est à majorité LR (Les Républicains) a apporté des aménagements favorables aux chasseurs par voie d'amendements au projet de loi.

Qu'on en juge:

- le nouvel organisme deviendrait l’Office français de la biodiversité "et de la chasse"
- Les chasseurs se verraient attribuer au moins 10% de sièges au conseil d’administration 
- Toutes les espèces seraient susceptibles d’être chassées à partir du moment où elles sont en bon état de conservation ou posent des problèmes. Des dérogations pourront même être accordées pour chasser les oiseaux migrateurs après la fermeture de la chasse.
-  l'entrave concertée à une action de chasse qui constitue aujourd'hui une contravention de 5ème classe deviendrait un délit puni de un an d’emprisonnement et 30,000€ d’amende (soit la même amende que celle encourue pour actes de cruauté sur animaux !); il s'agit là d'une atteinte grave à la liberté d'expression.
Ceci étant, le sénat a tout de même (sans doute pour faire semblant de ne pas être totalement prisonnier du lobby de la chasse) apporté quelques aménagements en matière de sécurité de la chasse et de sanctions contre les chasseurs en cas d'incident ayant pu mettre en danger des personnes.
Inutile de dire que les aménagements favorables aux chasseurs apportés par le Sénat devront être rejetés par l'Assemblée Nationale qui en toute hypothèse à toujours le dernier mot. Il en va de la démocratie et de la préservation de la biodiversité.
De nombreuses associations se sont déjà mobilisées à l'encontre des mesures envisagées par le Sénat et pour rappeler au gouvernement de s'en tenir au projet de loi tel que présenté à l'AN.

Par ailleurs le ministre de l'agriculture vient d'annoncer que des actions d'effarouchement seront engagées contre les ours en Ariège pour protéger les estives dès cette année !
Rien n'est dit sur la façon dont concrètement ces actions seront entreprises.Des tirs par balles de caoutchouc seraient possibles.

Ici encore notre pays se singularise par son incapacité ou plutôt sa mauvaise volonté à préserver un environnement favorable aux grands prédateurs qui sont toujours considérés comme des obstacles au pastoralisme.  

Les deux sujets évoqués ci-dessus ne font que s'ajouter à la liste déjà longue de cadeaux faits aux chasseurs et aux éleveurs (permis de chasse national dont le prix a été divisé par deux, augmentation du quota de loups à prélever, …).



Sources: